Catégories
Gastronomie

Le Carambar a meilleur goût grâce aux blagues Carambar !

CARAMBAR® – Une étude scientifique menée par des chercheurs Jamaïcains vient de prouver que le goût du Carambar® original (au caramel) semblait meilleur grâce aux blagues inscrites sur l’emballage.

Les Carambar meilleurs grâce aux blagues imprimées à l’intérieur de l’emballage, révèle une étude de l’Université de Kingston !

Un groupe de scientifiques Jamaïcains, de l’Université de Kingston, a mené une étude scientifique très sérieuse sur l’influence de l’humour sur notre goût. Pour mener cette étude, l’équipe s’est basée sur un échantillon de 500 volontaires dont la moitié n’avait jamais mangé de Carambar® et dont l’autre moitié en avait déjà mangés :

“Notre échantillon test est un groupe représentatif de 500 personnes volontaires. Nous avons réparti ce groupe en 2 équipes.

Pour la première équipe, nous leurs avons tout d’abord fait manger des Carambar® avec les fameuses blagues imprimées à l’intérieur de l’emballage, avant de leur faire manger des Carambar® identiques, mais avec des anecdotes de culture générale imprimées à la place des blagues.

Pour la seconde équipe, nous avons fait l’inverse.” nous explique le responsable de l’étude, Llanzo Wilson.

Après les avoir fait consommer les Carambar, aussi bien pour l’équipe 1 que pour l’équipe 2, les conclusions sont sans appel, comme le justifie L. Wilson :

“Dans les 2 cas, pour chacune des 2 équipes, les testeurs assurent que les Carambar® étaient meilleurs lorsqu’une blague était imprimée à l’intérieur plutôt que lorsqu’il s’agissait d’une anecdote de culture générale alors même qu’il s’agissait exactement des mêmes Carambar !”.

Ainsi, si Carambar® connaît un tel succès, c’est non seulement en raison du goût de ses barres caramélisées, mais aussi grâce à ses blagues … qui influent sur notre perception du goût !

 

Catégories
Sciences

[Science] Les meilleurs bricoleurs sont ceux qui se masturbent le plus !

SCIENCE – Une étude scientifique menée par l’Université Nationale de Taïwan vient de démontrer que les personnes les plus à l’aise dans le bricolage étaient celles qui se masturbaient le plus, hommes et femmes confondus.

Une étude scientifique vient de démontrer que plus on se masturbe, meilleur bricoleur on est !

On croyait jusqu’alors que l’esprit bricolage était en partie inné et en partie acquis à force de travail. En clair, que chacun naissait avec plus ou moins de talent de bricoleur et que ce talent se parfaisait tout au long de la vie à force de pratique.

Mais une étude scientifique menée par l’Université Nationale de Taïwan vient de donner davantage d’éléments sur les raisons du talent de certains bricoleurs. Ainsi, selon les conclusions de l’étude :

“Les meilleurs bricoleurs sont ceux qui pratiquent le plus la masturbation”.

Pour parvenir à cette conclusion, cette étude a porté sur un échantillon représentatif de 1500 personnes, tous âges et sexes confondus, partout à travers le monde :

“On s’est rendus compte que plus une personne se masturbait, plus elle était agile avec ses doigts. Et cette agilité est transférée inconsciemment et automatiquement dans tous les travaux de bricolage.”

Selon cette étude, se masturber permettrait donc de mieux maîtriser ses mains et ses doigts, et donc d’être plus minutieux, ce qui est une qualité indispensable lorsqu’on bricole. Toujours selon cette étude, les effets de la masturbation sur la qualité du bricolage seraient d’autant plus remarquables chez les femmes :

“La masturbation féminine demande beaucoup plus d’agilité, de douceur, de précision, de précaution. On a constaté que les femmes qui se masturbaient, pour une durée égale à celle des hommes, étaient plus agiles avec leurs doigts que ces derniers.”

Ainsi, si vous êtes doué(e) en bricolage, on sait désormais pourquoi petit(e) coquin(e) ! Par contre, si vous n’êtes vraiment pas habile et que vous vous dites que le bricolage n’est pas fait pour vous, peut-être devriez-vous davantage vous masturber ?

Catégories
TV / Radio

“35H de Baba” : le QI des téléspectateurs a baissé de 7 points !

TELEVISION – Alors que Cyril Hanouna vient de battre le record de durée d’animation en direct à l’antenne avec “Les 35 heures de Baba”, l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques (IHES) de Paris a constaté une baisse moyenne du QI des téléspectateurs de 7 points.

Cindy, 22 ans, a perdu 4 points de QI en regardant les "35 heures de Baba"
Cindy, 22 ans, a perdu 4 points de QI en regardant les “35 heures de Baba”

Les scientifiques ont prouvé que le QI pouvait changer au cours de la vie (amélioration ou déclin), en raison de nombreux facteurs : alimentation, alcools, drogues, perturbations psychologiques, etc. Mais l’un des facteurs essentiels conduisant à l’évolution du QI repose sur l’environnement socio-culturel.

Ainsi, juste avant le lancement du défi “Les 35 heures de Baba”, initié par Cyril Hanouna sur la chaîne de télévision C8, une équipe de scientifique de l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques de Paris (IHES-Paris) a voulu mener une expérience inédite pour répondre à la question : “La télévision a-t-elle une influence sur l’évolution du QI ?”.

Pour cette étude, les scientifiques ont réuni un panel représentatif de 1500 téléspectateurs hommes et femmes âgés de 20 ans ou plus (le QI fluctuant énormément à l’adolescence, l’équipe de scientifiques a décidé, pour une étude fiable, de ne choisir que des personnes au QI stabilisé).

Ils ont donc commencé par calculer le QI respectif de chaque téléspectateur avant “Les 35h de Baba”. La moyenne du panel était de 96,54 points. Ils ont alors invité les téléspectateurs à regarder uniquement les “35 heures de Baba”, quand bon leur semblait, mais au minimum durant 5 heures, dont au moins 2 sessions de 2 heures en continu. Ils avaient également pour consigne de dormir dès qu’ils se sentaient fatiguer afin de ne pas perturber les tests.

Dimanche 16 octobre, c’est-à-dire 2 jours après la fin de l’émission-défi, les scientifiques ont fait passer des tests semblables (avec des questions évidemment différentes) au panel. Et les résultats sont surprenants : le QI moyena chuté à 89,71 points !

Le Docteur Marc Escatto, co-président de l’IHES Paris, nous explique ces résultats :

“Le QI ne fluctue que de très peu (1 point maximum) en de courtes périodes, sauf à connaître des traumatismes physiques ou psychologiques importants. C’est pourquoi les résultats de notre étude nous ont surpris ; en à peine 2 jours, on a constaté une chute du QI de 6,83 points.

[…]

La différence est d’autant plus importante que le QI de la personne est élevé. Ainsi, une femme qui avait un QI de 132 l’a vu chuter à 98 !

[…]

Ce résultat est donc sans appel : la télévision influe sur le QI des téléspectateurs : les émissions ‘fofolles’ font perdre du QI, autant qu’un traumatisme psychologique !”

Nous avons pu interroger une téléspectatrice des 35 heures de Baba, Cindy – 22 ans, qui était membre de ce panel d’étude scientifique :

“Je suis une fan de Cyril Hanouna. Alors quand j’ai vu l’appel pour ce test, rémunéré 35€, j’ai sauté sur l’occasion.

[…]

J’ai regardé près de la moitié des ’35 heures de Baba’, et j’ai adoré ! Fidèle à lui-même le Baba, toujours des vannes et des jeux absurdes, un rythme de dingue avec des chroniqueurs fous, et plein d’autres choses : c’est bien là tout le but d’un divertissement !”

Lorsque nous interrogeons Cindy sur la chute de son QI, cela ne l’inquiète pas outre-mesure :

“Oui, mon QI a chuté de 92 à 88 points. J’ai donc perdu … 3 points (sic !). Mais je m’en fous totalement, j’ai juste envie de kiffer en faisant ce que je veux. Et puis le QI aujourd’hui, il sert plus à grand chose avec toutes les aides technologiques qu’on a tout le temps”.

Il est vrai qu’être stupide n’est pas grave puisqu’on peut laisser les outils décider pour soi …

La télévision et les émissions de divertissement “fofolles” comme le dit le Docteur Escatto, ont donc un bel avenir devant elles !