Définition

La satire consiste à l’origine un récit ou un discours qui vise à s’attaquer à quelque chose ou à quelqu’un en usant de moquerie. Au fil du temps, cette satire s’est développée via la presse (articles satiriques) dont notamment le dessin de presse (en usant du procédé de la caricature).

Caractéristiques littéraires de la satire

La satire vise à décrédibiliser quelqu’un ou quelque chose en diminuant, exagérant ou créant un déséquilibre flagrant. La satire peut prendre la forme de la caricature ou de la parodie notamment.

Pour définir ce qui est de la satire, voici quelques unes de ses caractéristiques littéraires :

  • La diminution de quelqu’un, de quelque chose, d’un événement, pour accroître son ridicule ;
  • ou l’exagération de quelqu’un, de quelque chose, d’un événement, pour accroître son ridicule. Dans le dessin de presse, c’est le procédé de la caricature ;
  • ou la juxtaposition de personnes, de choses, d’événements, d’importance inégale, ce qui décrédibilise l’ensemble à cause d’un déséquilibre flagrant ;
  • ou la parodie qui vise à imiter, en moquant plus ou moins subtilement, les techniques ou le style d’une personne, d’une chose, d’un lieu, en vue de le ridiculiser

Origines de la satire

Même si la satire s’est officiellement répandue dans la littérature latine, elle semblerait trouver son origine dans un iambe très virulent de Archiloque de Paros.

Outre la littérature latine, les légionnaires déclamaient des vers satiriques à destination de leur général.

D’un point de vue littéraire, on peut caractériser de satirique les « Sermones » d’Horace, et les « Satires » de Lucilius, Perse et Juvénal. Par extension, on peut également caractériser « Carmina » de Catulle et certaines Épigrammes de Martial comme étant d’inspiration satirique.

Plus généralement, les auteurs satiriques de l’Antiquité les plus connus sont Lucilius avec « Satires », Horas  avec »Sermones », Varron  avec « Satires Ménippées », Perse, Sénèque avec ses multiples anecdotes piquantes et « L’Apocoloquintose du divin Claude » ou encore Juvénal qui condamne avec violence les principaux vices de la société à savoir la tyrannie, les perversités féminines, les superstitions, les privilèges, etc.

Evolution de la satire

La satire n’a cessé de se répandre à travers les temps.

  • Au Moyen-Age et à la Renaissance :
    • Roman de Renart
    • « Sermones » (ou « Satires ») de Sextus Amarcius Gallus Piosistratus
    • Dans la littérature byzantine : « Anathème sur les lettres » de Théodore Prodrome
    • Au XIVème siècle en Italie avec :
      • « Le Décaméron » de Boccace ;
      • « L’opulence sordide », « Le banquet des grammairiens », « Le sermon de Merdard » de Erasme ;
      • « Pantagruel » de François Rabelais ;
      • « Don Quichotte » de Cervantès ;
      • « Les voyages de Gulliver » de Jonathan Swift
    • En Angleterre en 1588-1589 avec la guerre de pamphlets lors de la Controverse de Marprelate dont « L’épître » et « L’épitome »
  • Dans le classicisme français avec :
    • « Les satires » de Nicolas Boileau (appelé aussi Boileau-Despréaux ou le législateur du Parnasse)
    • Jean de la Bruyère
    • Jean de la Fontaine
    • Molière
    • Voltaire
  • Durant le siècle des Lumières, en Allemagne, avec :
    • Liscow
    • Rabener
    • C. M. Wieland
    • F. Nicolai
    • G. C. Lichtenberg
  • Au XIXème siècle, avec la parution des premières nouvelles satiriques (comme « La mort du chien » d’Octave Mirbeau) et des premiers articles de presse satirique.
Histoire de la satireludovicBloghistoire,satire
Définition La satire consiste à l'origine un récit ou un discours qui vise à s'attaquer à quelque chose ou à quelqu'un en usant de moquerie. Au fil du temps, cette satire s'est développée via la presse (articles satiriques) dont notamment le dessin de presse (en usant du procédé de la caricature). Caractéristiques...