L'Homme-lézard, dont les membres s'autorégénereront, est désormais une réalité scientifique.