DELINQUANCE – Un groupe de voleurs de chaussettes, les « Socks’S », qui sévissait jusqu’alors uniquement aux Etats-Unis, commence à faire des ravages en France. Ils viennent de revendiquer plus de 2000 vols de chaussettes dans les régions Bretagne et Ile-de-France.

Voleurs de chaussettes Socks'S

Attention à vos chaussettes : le gang des voleurs de chaussettes « Socks’S » sévit en Bretagne et Ile-de-France !

Il y a quelques temps (article du 20/04/2015), nous vous parlions de la société sud-coréenne Setaggi qui avait inventé un lave-linge anti-disparition de chaussettes. Derrière l’aspect cocasse de cette annonce se cache un réel besoin, puisqu’un célèbre groupe de voleurs de chaussettes les « Socks’S » sévit désormais en France. Ils ont revendiqué, par un communiqué dévoilé sur le site d’Al-Jazeera, près de 2000 vols de chaussettes en France.

Les Socks’S sont un groupe apparu aux Etats-Unis au début des années 2000. Ils revendiquent « la liberté des pieds » et volent donc toutes les chaussettes qu’ils trouvent sur leur chemin lors de sorties nocturnes ou même diurnes. Non seulement ils volent les chaussettes présentes sur les séchoirs à linge, mais ils pénètrent également par effraction dans les habitations pour fracturer les lave-linge et voler les chaussettes. Aux Etats-Unis, se sont près de 1000 plaintes quotidiennes qui sont relevées ! La France était jusqu’alors épargnée.

Mais depuis mars 2015, ce sont déjà 2000 plaintes qui ont été enregistrées pour vols de chaussettes dans les régions Bretagne et Ile-de-France. L’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), chargé du dossier, confirme ces plaintes :

« Actuellement, la Bretagne et l’Ile-de-France sont 2 régions touchées par des personnes se disant du gang « Socks’S », réputé pour ses vols de chaussettes. Nous ne savons actuellement pas s’il s’agit d’une ramification française de ce groupe américain, ou s’il s’agit d’américains venus sévir pour une certaine période en France. Nous prenons cette affaire très au sérieux, car cela affecte énormément les victimes. Nous en sommes déjà à plus de 2000 plaintes en à peine 1 mois ! »

En effet, bien qu’il ne s’agisse que de chaussettes, les victimes sont choquées par ces vols. Mais aucune effraction n’a encore été constatée comme le confirme l’OCLDI :

« Actuellement le gang des Socks’S n’agit que par vol sur des séchoirs à linge extérieurs. Il n’y a eu encore aucune effraction. Néanmoins, aux Etats-Unis d’où est originaire ce groupe, cela avait commencé comme cela avant que de plus en plus d’effractions ne soient commises et revendiquées ».

Alaric Clément, habitant à côté de Vannes, est l’une des victimes de ce gang. Il témoigne :

« J’avais mis mon linge à sécher devant chez moi alors que je suis parti travailler. En revenant, le linge était toujours là. Ce n’est qu’en allant le récupérer que j’ai vu que je n’avais plus aucune chaussette. J’ai cru à un plaisantin. Mais le lendemain, quand j’en ai parlé à mon voisin, il m’a dit que lui aussi avait eu toutes ses chaussettes volées. On s’est dit que ce n’était pas grave, mais on est quand même allé à la gendarmerie signaler cela. Et là, le gendarme nous a tout de suite demandé de déposer plainte contre X car près de 100 cas avaient déjà été recensés dans un rayon de 20 km ! »

Nous avons tenté de contacter le gang des Socks’S pour connaître les raisons de leurs vols, sans succès.

L’OCLDI recommande à toutes les personnes qui font sécher leurs chaussettes d’être vigilent et de les surveiller autant que faire se peut, a fortiori en Bretagne et Ile-de-France.

Attention à bien garder vos chaussettes ! Le gang des Socks’S veut porter atteinte à vos pieds !

Vols de chaussettes par les Socks'S !ludovicArchivesbretagne,chaussette,gang,ile-de-france,socks'S,voleur
DELINQUANCE - Un groupe de voleurs de chaussettes, les 'Socks'S', qui sévissait jusqu'alors uniquement aux Etats-Unis, commence à faire des ravages en France. Ils viennent de revendiquer plus de 2000 vols de chaussettes dans les régions Bretagne et Ile-de-France. Il y a quelques temps (article du 20/04/2015), nous vous parlions...