TRANSPORT – Lucien Camille est un agriculteur du Doubs qui a eu une idée formidable : créer une barrière de péage sur son champ limitrophe à l’autoroute A36, pour que les usagers paient moins cher.

1 euro le péage à l'autoroute !

Lucien Camille a transformé son champ en péage d’autoroute à prix réduit : 1 euro la sortie !

Lucien Camille est un agriculteur qui dispose d’un champ limitrophe à la barrière de péage de Saint Maurice près de Villars-Sous-Ecot, de part et d’autre de l’autoroute. Malin, il décide d’acheter les portions de route qui jouxtent la bande d’arrêt d’urgence, à la société autoroutière gérante, « Autoroutes Paris Rhin Rhône (APRR) ».

Ensuite, l’agriculteur a adressé une demande de « raccordement de voie privée à une route appartenant au réseau national ». En effet, le ministère des transports, fort des garanties de sécurité de raccordement fournies par Lucien Camille, a autorisé cela. Cette autorisation pour une autoroute est tout à fait valide car il se situe sur une voie de sortie d’autoroute qui n’est plus considérée comme étant une voie autoroutière (et qui irait à l’encontre de l’article L122-1 de la voirie publique).

Lucien Camille a donc procédé à des travaux d’aménagement de part et d’autre de la bretelle d’accès d’autoroute pour pouvoir librement entrer et sortir sur celle-ci sans avoir à franchir la barrière de péage.

Nous avons contacté le ministère des Transports qui avoue une légère méprise :

« Nous avons mal étudié la demande de l’agriculteur ; nous croyions qu’il s’agissait d’une route nationale ! Nous allons entamer une procédure afin d’annuler notre autorisation car par cette astuce, M. Camille a accès gratuitement à l’autoroute ! »

Quant à la société autoroutière APRR, elle avoue son désarroi :

« Il est vrai qu’on a fait une énorme bêtise en opérant cette vente. Nous n’aurions pas cru que les intentions de M. Camille étaient aussi perverses ! On n’a même pas le droit d’interdire à M. Camille de rejoindre l’autoroute puisqu’il est propriétaire du terrain jusqu’à la bande d’arrêt d’urgence. Et on n’a pas la possibilité de créer une barrière de péage rien que pour lui vu qu’on n’en a pas la place … C’est très embêtant. Mais le ministère des Transports travaille avec nous à la résolution de ce problème ».

Ce problème préoccupe d’autant plus la société autoroutière que Lucien Camille a décidé de ne pas être le seul à profiter de cet accès gratuit à l’autoroute : il a créé sa propre barrière de péage à tarif unique comme il nous l’explique :

« J’ai décidé, pour couvrir mes frais et arrondir par la suite mes fins de mois, de faire payer les automobilistes qui franchiront le péage par mon terrain le prix unique et modique de 1 euro ! J’ai créé ma société pour rendre tout cela légal. Quant à ceux qui rentrent, ils bénéficieront d’un ticket normal APRR. »

Ainsi, d’où qu’on vienne, on ne paiera qu’1 euro en passant par chez M. Camille ! Pour l’instant, l’accès est fermé par les autorités dans l’attente du jugement. L’avocat de M. Camille, Maitre Homs, a fait savoir l’illégalité de ce blocage et a d’ores et déjà porté l’affaire devant les tribunaux.

Il est vrai que si les tarifs autoroutiers étaient plus convenables, on n’en arriverait certainement pas à des actions de Robin des Bois des transports routiers !

Un péage privé à 1 euro à Villars Sous EcotludovicArchives1 euro,a36,autoroute,lucien camille,péage,villars sous ecot
TRANSPORT - Lucien Camille est un agriculteur du Doubs qui a eu une idée formidable : créer une barrière de péage sur son champ limitrophe à l'autoroute A36, pour que les usagers paient moins cher. Lucien Camille est un agriculteur qui dispose d'un champ limitrophe à la barrière de péage de...